Fin du premier jour de la confrence de l'ANI sur les mdias, entre le scoop et l'thique professionnelle

Lundi 20 Mars 2017 18:51 Politique


ANI - La quatrième séance de la conférence internationale intitulée "Les Médias, transmetteurs des civilisations et point de liaison pour le dialogue", sous le patronage du ministre de l'Information Melhem Riachi, a eu lieu lundi.


La dernière table ronde du lundi 20 mars a pour titre "Les médias, entre le scoop et l'éthique professionnelle". Présidée par le chef de l'ordre de la presse Aouni al-Kaaki et modérée par le directeur de l'agence de presse d'Oman Mohammad al-Arimi, elle a été animée par le directeur des programmes politiques à la station de radio "Voix du Liban" Georges Yazbek, et le journaliste de la chaîne al-Manar et du quotidien Annahar, Imad Marmal.


M. Al-Arimi a remercié le ministre de l'Information et la directrice de l'ANI "pour avoir choisi ce thème important non seulement pour les pays de la région mais pour le monde entier à l'ombre des informations véhiculées par les médias sur la situation réelle dans la nation arabe".


M. al-Kaaki a indiqué que "le journaliste doit prendre en considération deux points: le droit du lecteur à recevoir l'information et la nécessité pour les médias d'assumer la responsabilité nationale et personnelle", soulignant l'importance de la conscience professionnelle responsable, et ce avant les lois et les textes.


M. Yazbek a pour sa part révélé que "certains médias demandent à leurs correspondants de s'assurer à deux reprises de l'information avant de la diffuser. (...)", affirmant que "l'éthique de la profession doit passer avant le scoop médiatique".


M. Marmal a à son tour déclaré que "le scoop est une question saine et légitime. Il est nécessaire et obligatoire pour acquérir la légitimité professionnelle".


"Le sccop permet au journaliste de passer de l'ombre vers la lumière. Il lui accorde une valeur ajoutée qui lui permet de se distinguer de ses confrères", a-t-il dit.


Et d'ajouter: "le journaliste a droit au scoop. Il est concerné par la transmission de la vérité à l'opinion publique pour lui assurer le meilleur service possible. Mais le scoop doit être régi par une censure professionnelle et éthique afin que la nécessité ne devienne un dégât. La liberté responsable est requise sans qu'elle ne soit enchainée".


"Le journaliste est appelé à fournir des efforts pour prédominer le sens national sur l'enthousiasme professionnel. Il ne doit pas exacerber les tensions confessionnelles ou menacer la sécurité nationale", a-t-il poursuivi.


M. Marmal a souligné l'importance des éthiques professionnelles voire personnelle. Tel est le défi permanent pour chaque journaliste.



=========N.A.

Le Liban suivra-t-il l'exemple du Maroc...

Enqute rdige par Rana el Hajj Traduite par Elissar Naddaf ANI - Alors que le

Mardi 13 Decembre 2016 11:57 Lire

La journe internationale de la paix dans l...

Enqute de Nazira Francis Traduite par Nayla Assaf ANI - La journe internation

Mercredi 05 Octobre 2016 08:58 Lire
  • Notre Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web ractif