Le Liban jouira-t-il prochainement de la richesse ptrolire? Haytayan: L'absence de volont politique, un des dfis les plus importants

Mardi 10 Janvier 2017 11:20 Connatre le Liban

Enquête: Lina Younis

Traduite par: Nayla Assaf


ANI - Les Libanais attendent toujours de bénéficier d'une richesse pétrolière et gazière possible qu'on leur a promise et dont ils ont tant entendu parler. Ils ont accompagné les procédures positives adoptées par l'Etat depuis 2010, lesquelles se sont poursuivies jusqu'en 2013.

L'experte en ressources pétrolières, Laury Haytayan, a clarifié, dans un entretien accordé à l'ANI, que "les démarches les plus importantes adoptées sont les suivantes: l'approbation de la loi des activités pétrolières offshore, la formation du comité de gestion du secteur pétrolier, la mise en place de décrets sur la règlementation du secteur, la prise en compte de l'habilitation au préalable des compagnies, expliquant alors que 46 parmi 52 compagnies ont été qualifiées, à savoir, les compagnies internationales les plus importantes pour lancer le premier appel d'offres.

Et d'ajouter: "Le Liban est pionnier parmi les pays du Moyen-Orient au niveau de l'adoption du processus de pré-qualification. Cette démarche fut très positive pour attirer les plus grandes compagnies".

Concernant les raisons qui ont mené à la suspension de l'opération, l'experte a indiqué que "l'un des défis les plus importants est l'absence de volonté politique dans l'exploration du secteur", affirmant que "les Libanais ont tant attendu l'approbation des deux décrets en suspens au Conseil des ministres".

Elle a estimé que "le dossier avait été mis de côté en raison de la situation en cours avec l'absence d'un président de la République", espérant que "le nouveau mandat accordera une priorité absolue à ce dossier".

Mme Haytayan a confirmé que "le retard au niveau de l'exploration et de l'exploitation a des effets néfastes pour le pays", déclarant qu'il faut assurer les marchés nécessaires à l'exportation de cette richesse.

"L'objectif du Liban doit être l'exportation vers les pays européens et la recherche de marchés régionaux, notamment arabes, ainsi que le fait de profiter du gaz pour la consommation locale", a-t-elle précisé.

Et de poursuivre: "Si le Liban veut bénéficier du gaz dans ses marchés, un grand atelier doit être mis en place au niveau de l'habilitation des grandes centrales électriques comme substitut du fioul, ainsi que l'installation de nouvelles centrales gazières et d'autres".

Et de conclure: "Israël a réalisé un grand progrès au niveau de l'exportation du gaz vers l'Europe".


          ========N.A.

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

Le Liban suivra-t-il l'exemple du Maroc...

Enqute rdige par Rana el Hajj Traduite par Elissar Naddaf ANI - Alors que le

Mardi 13 Decembre 2016 11:57 Lire

La journe internationale de la paix dans l...

Enqute de Nazira Francis Traduite par Nayla Assaf ANI - La journe internation

Mercredi 05 Octobre 2016 08:58 Lire
  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web ractif