La souffrance économique a dépassé les normes réelles et la solution demeure toujours dans l'élection d'un président

Mardi 04 Octobre 2016 à 09:07 Enquêtes et dossiers chauds

Enquête rédigée par Rim Chahine
Traduite par Lynn Waked

ANI - Le spectre de la vacance présidentielle hante toujours les  Libanais soit dans les conditions de vie ou dans la détérioration de la situation économique. S'ajoute à cela l'absence flagrante d'un rôle efficace du gouvernement et la montée en flèche du nombre des réfugiés syriens.

En plus, les Libanais souffrent d'une forte baisse du pouvoir d'achat et d'une absence de contrôle sur la concurrence imposée par l'énorme présence de Syriens.

Le ministre de l'Economie, Alain Hakim, a expliqué, dans un entretien accordé à l'Agence Nationale de l'Information, que les ministères concernés doivent garder un oeil sur l'afflux et les transactions des Syriens, de sorte que leur contribution à l'économie nationale soit contrôlée.

"Le Liban souffre d'énormes problèmes économiques, sociaux et financiers, résultant du clivage politique dans le pays. Ce dernier avait mené à la vacance présidentielle actuelle, et à la secousse du gouvernement et du Parlement," a précisé M. Hakim.

"La crise en Syrie a démontré l'ampleur de son influence sur la stabilité politique, la sécurité ainsi que l'économie au Liban," a-t-il ajouté, mettant l'accent sur la croissance toujours freinée par le contrecoup de la crise qui a touché le tourisme et les investissements étrangers, ce qui a provoqué l'effondrement du commerce de façon drastique.

"Cet impact a effectivement sapé l'entité libanaise; tous les indicateurs de l'économie ont diminué, notamment les investissements et la consommation," a-t-il dit, rappelant que la dernière ratification du budget de l'Etat a eu lieu en 2005.
"De ce fait, la dette publique a atteint les 70 milliards de dollars en 2015 ", a-t-il dit, rappelant que " le système économique au Liban est libéral, mais en même temps, il manque un code de concurrence approprié, nécessaire à la régularisation des relations entre les marchands", a-t-il expliqué.

Concernant les solutions aux problèmes constatés actuellement, M. Hakim a mis l'accent sur l'importance de limiter les impacts de l'arrivée des nouveaux réfugiés syriens sur le marché libanais, surtout ceux qui lancent leur propre "business", qui n'obtiennent pas de permis du ministère des Finances et dont les ouvriers ne sont pas inscrits à la CNNS.

Pour sa part, le président de l'Association des commerçants de Beyrouth, Nicolas Chammas, a qualifié la situation économique actuelle de "très mauvaise", notant que le secteur commercial a été le plus vulnérable depuis l'éruption de la guerre avoisinante.

"Malheureusement, la majorité des déplacés syriens connaissent des revers financiers, surtout que les grands investisseurs syriens se sont dirigés vers la Turquie, l'Egypte et les pays du Golfe. Seulement quelques-uns parmi eux sont restés au Liban", a-t-il précisé.

"Ceci a créé une concurrence féroce entre les commerçants libanais et les hommes d'affaires libanais et syriens. Les commerçants syriens ne paient pas d'impôts ni les frais de sécurité sociale", a-t-il indiqué.

Le chef de l'Association des commerçants de Jounieh, Roger Keyrouz, a également imputé la détérioration de l'économie au Liban à la présence des Syriens.

A Aley, le chef de l'association des commerçants, Samir Chehayyeb, a déclaré que les activités commerciales ont été le plus affectées par la construction des centres commerciaux, notant que 85% de l'économie nationale repose sur les petites entreprises qui ne peuvent pas rivaliser avec ces centres.

La situation est aussi dramatique dans la région de Hamra.
Le chef des commerçants de Hamra, Zouhair Itani, a affirmé que la situation économique actuelle est la pire depuis 57 ans!

"La raison pour laquelle le pouvoir d'achat est faible et la situation économique difficile, réside dans l'absence des touristes, des investissements et des revenus étrangers," a-t-il conclu.

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web réactif