Les préparatifs pour la conférence sur la gestion des déchets se poursuivent et insistance sur la nécessité de prendre des mesures qui préservent l'environnement

Jeudi 17 Decembre 2015 à 09:36 Enquêtes et dossiers chauds

 Enquête: Fadia Daaboul

Traduction : Dina Chamseddine


ANI - Les deux ministères de l'Industrie et de l'Environnement, ainsi que l'Association libanaise pour le développement des sciences et la faculté de génie civil de l'Université Libanaise, se préparent pour la tenue de la conférence nationale sous le thème " Gestion et évaluation des déchets au Liban ", dans le campus de Hadath le 12 janvier 2016, et ce en coopération avec un certain nombre d'universités, dont notamment l'UL, Balamand, l'Usek, Saint-Joseph, l'AUB et l'UA, et avec les deux ordres des ingénieurs de Beyrouth et du Nord et l'Institut des recherches industrielles.


Plusieurs universités ont participé aux préparatifs de la conférence dont celles de Jbeil, Saida, Baalbek, Zahlé, Zouk Mosbeh, Roumieh et de Tripoli. Cette conférence s'inscrit dans le cadre de la coopération avec l'Agence universitaire francophone, et les ambassades de France, du Japon, d'Italie, d'Egypte et de Chine, et les organisations internationales comme FAO, UNDP, UNIDO et ESCWA.


Le président de l'Association, le professeur Naim Oueini, a annoncé que la conférence a pour but d'accompagner les plans de l'Etat sur le plan scientifique, notamment les plans prêts à la mise en exécution. Il a rappelé qu'une réunion du Conseil des ministre est prévue prochainement afin d'y décider de la question de l'exportation des déchets. Il a expliqué que cette solution était temporaire, notant qu'il existait d'autres solutions comme le tri et le recyclage, en plus de celle des dépotoirs écologiques et des incinérateurs.


L'expert a toutefois précisé que la meilleure solution résidait dans une approche logique qui mènerait à des solutions tangibles et durables, par la mise de stratégies durables à tous les niveaux, environnementaux, économiques et sociaux, prenant en compte l'importance du partenariat entre le citoyen et les municipalités, la création d'opportunités de travail, d'une marge nationale et d'une nouvelle identité culturelle.


Il a appelé à adopter la politique de la réduction de la production des déchets et de l'augmentation du taux du recyclage, dans le but de parvenir à la moindre quantité possible de déchets qui serait enterrée dans les dépotoirs. Un fait qui préserverait la nature du Liban et la santé des Libanais.


M. Oueini a souligné l'importance du développement équilibré assuré par le projet de la gestion locale des déchets, assumée par les municipalités, ce qui contribuerait à bâtir des usines de recyclage et par la suite assurer des opportunités de travail, surtout dans les zones éloignées.


Il a en outre abordé la question des incinérateurs, notant qu'une telle opération aura des effets sur la santé de l'homme, tout comme les dépotoirs qui respectent les qualifications internationales auxquelles il faut se conformer afin d'éviter toute atteinte à la nappe phréatique, aux produits agricoles et à la santé des humains.
M. Oueini a insisté sur l'importance de la participation des ministres concernés dans la conférence, ce qui aiderait à faire une évaluation scientifique de toute solution convenue, prenant en compte la société libanaise, l'environnement du pays dans ses points négatifs et positifs.


Il a indiqué qu'il comptait aussi sur les avis des experts qui participent à la conférence, ces derniers étant en contact avec leurs homologues étrangers depuis une longue période, ce qui les aiderait à profiter des expertises et des études étrangères.
Commentant la contribution des industriels au financement des recherches à l'étranger, M.Oueini a annoncé que l'un des objectifs de la conférence était de trouver des projets pour les industriels dans toutes les régions libanaises. Il a estimé que l'un des problèmes dont souffre le Liban était l'absence d'études sur la quantité des déchets dans chaque région, le nombre des camions nécessaires pour le transport et les usines de recyclage. Des questions sur lesquelles planchera la conférence.


Il s'est interrogé sur la méthode qu'adopteront les municipalités concernant les déchets qui y seront triés, insistant sur le suivi assuré par l'Etat afin d'aider les usines à traiter les déchets.
Dans le contexte des préparatifs à la conférence, le doyen de la Faculté d'Ingénierie de l'UL, Rafic Younis, a affirmé que le problème des déchets au Liban était de grande envergure, à tous les niveaux, politique, administratif, environnemental et technique, sans arriver à des solutions au moment où le problème se compliquait avec le temps.


Il a estimé que la plupart des initiatives prises dans ce contexte au niveau des mouvements de protestation ou des conférences universitaires ou syndicales, ont été vaines et n'ont pas abouti à des propositions de solutions avec les ministères concernés par l'exécution.
Il a affirmé que la démarche de l'UL concernant la tenue d'une telle conférence vient combler la lacune qui existait dans toutes les précédentes activités et ce avec la participation du gouvernement et des ministères concernés afin de débattre les solutions avancées pour parvenir à un bon résultat au niveau de la patrie.


Selon ses propos, le problème des déchets n'était pas seulement politique comme certains l'estimaient. " Il y a le problème de la fermeture du dépotoir, de l'inexpérience et du manque d'expertises qui marquent l'action du gouvernement. En effet, la conférence s'éloignera des accusations politiques inutiles pour s'adresser aux experts et à toutes les personnes concernées à tous les niveaux nationaux, afin de parvenir à des solutions adéquates en faveur de la patrie et de l'environnement ", a-t-il conclu.


De fait, la commission chargée des préparatifs de la conférence poursuit toujours ses entretiens avec les ministères concernés pour discuter des détails relatifs aux débats.

 

==========E.N.G

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web réactif