Crise des déchets: Haroun tire la sonnette d'alarme et appelle le ministère de l'Environnement à trouver des solutions rapides

Lundi 03 Aout 2015 à 10:05 Enquêtes et dossiers chauds

Enquête: Abdo Helou

Traduction: Diala Hanna

ANI - Alors que la crise des déchets solides bat son plein au Liban et touche la totalité des rues et des ports, ainsi que les différents secteurs, jusqu'à devenir la préoccupation majeure des citoyens, et alors que les responsables se lancent les accusations et tardent à trouver des solutions, une question se pose sur le lieu où finissent les déchets médicaux.


En effet, le président du syndicat des hôpitaux, Sleiman Haroun, a tiré la sonnette d'alarme devant l'amoncellement de ces déchets, appelant à trouver une solution rapide à un problème qui a débuté il y a onze jours.


Dans un entretien accordé à l'Agence Nationale de l'Information, M. Haroun a expliqué que les déchets des hôpitaux se divisaient en deux catégories: ceux similaires aux ordures ménagères et ceux médicaux qui nécessitent traitement et stérilisation.


"15 hôpitaux se trouvent à Beyrouth et 52 autres dans le Mont-Liban. Ils génèrent deux sortes de déchets: ceux qui s'apparentent aux déchets ménagers comme les restes d'aliments à titre d'exemple et qui sont jetés dans les conteneurs qui se trouvent dans les rues, et ceux médicaux", a-t-il précisé.


M. Haroun a ajouté que la majorité des hôpitaux avaient signé des contrats avec l'association ARC EN CIEL qui fait la collecte de ces déchets et qui s'occupe de leur stérilisation dans des centres spécialisés se trouvant aux quatre coins du Liban, avant de s'en débarrasser.


"Toutefois, la situation est très mauvaise parce que cette association ne sait plus que faire des grandes quantités de déchets qui se sont amoncelées", a-t-il signalé.


Selon M. Haroun, le ministère de l'Environnement est le principal responsable de ce dossier et doit, par la suite, trouver des solutions rapides "parce que les hôpitaux ne peuvent se débarrasser des déchets ménagers sans les directives directes de ce ministère".


Pour leur part, les responsables d'ARC EN CIEL, également contactés par l'ANI, ont révélé que les quantités de déchets stérilisés accumulés dans leurs centres étaient devenues si importantes et impossibles à stocker désormais, assurant que "les déchets stérilisés ne représentent aucun danger".


En un mot, la crise des déchets ménagers doit être résolue immédiatement, vu son danger imminent. Et si les hôpitaux n'arrivaient plus à se débarrasser de leurs déchets médicaux? Nous laissons aux responsables compétents le soin de répondre à cette question!


=====================D.H.

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web réactif