Les habitants de Donnieh haussent le ton contre les houillères dans la région

Lundi 08 Juin 2015 à 12:20 Enquêtes et dossiers chauds

Enquête: Hassna Jaaitani

Traduit par Dina Chamseddine


ANI - Début juin de chaque année, la fumée couvre les villages de Donnieh, non en raison d'incendies mais plutôt à cause des houillères, dont certaines sont basées au coeur des quartiers résidentiels.

En effet, le nombre grandissant des houillères dans cette région, a provoqué la confusion dans les rangs des habitants, qui ont haussé le ton afin d'en finir avec les gaz émanant dans l'air.

Ils ont exhorté les responsables de l'Etat, via les réseaux sociaux, à mettre fin à ce phénomène en faveur de l'environnement et de la santé des individus.

C'est dans ce contexte que le père Raed a appelé à cesser l'action des houillères qui lèsent les citoyens de la région, vu les dégâts qu'elles causent à l'environnement, aux produits agricoles et aux hommes.

Il a affirmé qu'on se devait de préserver l'environnement et ses ressources, accusant certains de provoquer la pollution de l'air dans la région.

L'exhortation des citoyens s'oppose aux affirmations du personnel des houillères qui démentent tout dégât provoqué par leur travail. Selon eux, leur action est régie par des règles, notant toutefois qu'en raison de la concurrence étrangère, ils arrivent à peine à assurer le coût de leur vie quotidienne.

Abou Assaad, un houiller, a affirmé que le commerce du charbon ne lui assure plus le coût de l'enseignement de ses fils.

"L'importation a sapé les revenues des travailleurs des houillères. Ces pauvres qui comptaient sur le début la saison d'automne et du printemps pour assurer leurs besoins", a-t-il déploré.

Une autre dame a affirmé que le commerce du charbon n'était plus comme il fut dans le passé, notant que c'était un travail fructueux alors qu'il ne l'est plus à l'heure actuelle en raison de la concurrence du charbon importé, même si ce dernier n'avait pas la même qualité de celui produit au Liban.

Certains agriculteurs qui travaillent dans les houillères pourraient ignorer les effets néfastes de leur travail sur l'environnement. Mais les commerçants connaissent surement ces effets dont les émanations de CO1 et de CO2, en plus de la poussière qui provoque des maladies du système respiratoire et qui affecte surtout les travailleurs. Ces gaz à effet de serre affectent aussi les arbres à long terme.

Dans le passé, on disait que le charbon était de l'or noir. Alors qu'à l'heure actuelle, les recettes ne suffisent même pas à combler les besoins élémentaires des familles qui travaillent dans la production du charbon et ce notamment à cause de la concurrence étrangère.

====================

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web réactif