La conférence "Lebanese Diaspora Energy", un pont entre Libanais résidents et émigrés

Mardi 26 Mai 2015 à 11:09 Enquêtes et dossiers chauds

Turk: Pour renforcer les liens et l'échange des expertises


Enquête rédigée par Katia Chamoun
Traduite par Elissar Naddaf


ANI - "Celui qui ne possède pas un ami libanais, qu'il en cherche un" . Citation très connue en Amérique latine prononcée par l'ancien président du Mexique, Adolfo Lopez Mateos, et par laquelle il a résumé l'importante place occupée par le Libanais à l'étranger.

Il s'agit du Libanais qui a refusé de céder à la réalité amère et destructrice qu'il vivait dans son pays d'origine et qui s'est dirigé vers les pays étrangers où il a réalisé un grand succès tout en rêvant de retourner un jour dans son pays .


Et puisque la diaspora libanaise mérite d'être à la Une des priorités de l'Etat libanais et de sa diplomatie, le ministère des Affaires Etrangères et des Emigrés oeuvre à renforcer les relations entre les Libanais résidents et émigrés.


L'une des démarches prises par le ministère , serait la tenue de la Conférence " Lebanese Diaspora Energy 2015" qui a eu lieu à l'hôtel Hilton Habtoor Grand Hotel du 21 au 23 mai.


Le conseiller du ministre des Affaires Etrangères, Elie Turk, a affirmé à l'ANI que les thèmes discutés durant la conférence sont en rapport avec la diaspora libanaise et les moyens de préserver leur relation avec leur pays d'origine.Cette conférence vise aussi à créer une opportunité d'échange commercial à travers des liens commerciaux et sociaux.


Cet évènement vise aussi, selon M. Turk, à renforcer la diplomatie économique au Liban, à vendre les produits libanais à l'étranger et à inciter les émigrés à investir au Liban.


M. Turk a affirmé que les invitations ont été adressées en se basant sur des listes préparées par les ambassadeurs et les présidents des délégations libanaises à l'étranger à la demande du ministre Bassil.


A propos de la Maison de l'émigré à Batroun, M. Turk a clarifié qu'il existait 9 anciennes demeures à Batroun dont la propriété revenait à l'Etat libanais . Douze ans après, le ministre Bassil a eu l'idée de fonder la Maison de l'émigré libanais financée par la diaspora libanaise, soulignant que l'une de ces demeures sera transformée en musée formé d'objets offerts par les émigrés libanais.

=============

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web réactif