Baisse des prix du ptrole: une guerre politique se cache derrire l'aspect conomique

Mardi 27 Janvier 2015 12:47 Enqutes et dossiers chauds

Enquête rédigée par: Joseph Farah
Traduite par : Nicole Khattar


ANI - Quel niveau atteindra la baisse des prix du pétrole dans les marchés internationaux? Le prix d'un baril de pétrole atteindra-t-il les 15 ou 20 dollars? Et quelles sont les retombées positives de la baisse des prix du pétrole sur le Liban, en tant que pays consommateur de pétrole?

 

Le premier impact positif est la chute du prix du bidon d'essence de 39 milles L.L. à 22 milles L.L. La deuxième retombée positive est la baisse du déficit au sein de l'Electricité du Liban à environ 600 millions de dollars américains en faveur du trésor public. Toutefois, le seul point négatif est que les prix des marchandises et des produits alimentaires ne seront pas affectés de la même manière par la chute des prix du pétrole.

 

Selon l'expert financier et économique, Walid Abou Sleiman, "les raisons derrière la baisse des prix du pétrole sont économiques et financières, mais aussi politiques, étant donné que les Etats-Unis américains avaient déjà mené des guerres politiques et diplomatiques contre le second axe représenté par la Chine, la Russie et l'Iran et ont échoué".

 

"Ensuite, les Etats-Unis ont annoncé le début de l'exploration du gaz de schiste pour garantir leur autosuffisance. Par conséquent, la baisse des prix du pétrole constitue un point positif pour ce pays qui a pu atteindre une croissance de 5% et a témoigné d'une diminution du taux de chômage", a-t-il dit.

 

Et d'ajouter: "La baisse des prix du pétrole a, d'autre part, engendré une stagnation économique et une hausse du taux de chômage en Russie, notant que la plupart des importations russes étaient basées sur le pétrole et que le budget de l'an 2015 avait prévu le prix de 100 dollars américains pour chaque baril, alors qu'il a chuté à 45 dollars américains".

 

"Quant à l'Iran, ce pays a exprimé à travers son guide spirituel et son président, que la chute des prix du pétrole est une guerre contre les pays producteurs du pétrole. Aujourd'hui en raison de ces prix, le déficit en Iran sera grand, ce qui engendrera une hausse de la dette publique et une récession économique", a déclaré M. Abou Sleiman.

 

Il a en outre considéré que la Russie n'est plus capable de financer la guerre froide représentée par la guerre en cours en Syrie, sans oublier l'influence de ceci sur les négociations en cours entre les Etats-Unis américains et l'Iran, en ce qui concerne le nucléaire iranien.

 

Quant à l'impact de la baisse des prix du pétrole sur le Liban, M. Abou Sleiman a indiqué que "nous sommes un pays consommateur et importateur du pétrole et que les retombées sont positives sur la consommation et la production, puisque 60% des produits de consommation comptent, en premier lieu, sur le pétrole. La production industrielle compte également sur le pétrole, ce qui signifie que le coût diminuera et que le trésor public profitera, notamment en ce qui concerne le secteur de l'électricité".

 

Le membre du syndicat des propriétaires des stations d'essence et directeur général de la compagnie " Brax Petroleum ", Georges Brax a quant à lui, déclaré que la baisse du prix d'un baril de pétrole dans les marchés internationaux n'a pas mené à une demande accrue et ce, en raison de la faible croissance de l'économie mondiale, ajoutant que le dernier rapport du Fonds monétaire international a prévu une baisse continue dans la croissance de l'économie mondiale, se basant sur la stagnation de la croissance dans la zone euro et la faible croissance économique chinoise.

 

"Le rapport a démontré que la baisse des prix du pétrole ne pourrait pas entrainer une modification dans l'économie mondiale, ce qui signifie que les marchés poursuivront leur trajet envers une baisse supplémentaire et de longue durée", a-t-il indiqué.

 

En ce qui concerne le Liban, M. Brax a souhaité que le ministère de l'Energie opte pour la diminution des prix du pétrole sans qu'il n'impose de nouvelles taxes, ajoutant qu'il est du droit du consommateur de profiter de cette baisse, étant donné qu'il a payé cher la hausse des prix du pétrole .

 

"Si les prix du pétrole continuent de la sorte au niveau mondial, nous pouvons prévoir que le baril d'essence atteindra les 17000 L.L., à condition que les taxes ne témoignent pas d'une hausse supplémentaire et que les prix ne se stabilisent pas", a-t-il dit.

 

M. Brax a conclu que la baisse des prix du pétrole aura des répercussions positives sur l'économie nationale, sur le trésor public, ainsi que sur la liquidité.

 

==========

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

Les activits de la direction de l'Orie...

ANI – A l'occasion du 75e anniversaire de l'Indpendance de la Rpublique li

Mardi 20 Novembre 2018 16:02 Lire

Autorit des activits ferroviaires : des i...

Enqute : Rana Sarhane Traduite par Nayla Assaf L’Autorit gnrale des acti

Dimanche 30 Septembre 2018 16:56 Lire
  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web ractif