Une tlvision de "pre en fils" pourrait briller nouveau travers le projet de Christelle Khalil

Jeudi 11 Decembre 2014 09:37 Enqutes et dossiers chauds

Jreige a apprécié l'ambition de Christelle et promis d'accorder à ce projet un intérêt particulier


Enquête: Rima Youssef
Traduite par: Nicole Khattar


ANI - Depuis le début de ses études en architecture, Christelle Khalil rêvait, en passant chaque jour près du bâtiment de la "Télé-Liban" à Hazmieh, que cette dernière récupère sa gloire perdue en raison des politiques contradictoires adoptées par les responsables.

 

Christelle a estimé qu'elle pourrait débuter sa carrière avec l'élaboration d'un projet de diplôme à "l'Académie libanaise des Beaux Arts". Un projet basé sur la réhabilitation et l'élargissement de "Télé-Liban" à travers la construction d'une cité médiatique et de production énorme qui sera louée par les compagnies et chaînes de télévision.

 

L'Agence Nationale de l'Information a été mise au courant du projet de diplôme de Christelle Khalil, dans lequel elle a expliqué, de manière détaillée, son projet consistant à réhabiliter et à élargir les bâtiments de la télévision publique à Hazmieh. Le ministre de l'Information, Ramzi Jreige a rendu hommage à ce projet et apprécié l'ambition de Christelle.

 

Christelle Khalil a souhaité que "Télé-Liban" reprenne son âge d'or, surtout durant une période marquée par la subjectivité. "Cette télévision est le porte voix de l'Etat. C'est elle qui a écrit l'histoire du Liban et du Moyen-Orient.
J'ai élaboré ce projet dans l'espoir de le réaliser. Je vais le soumettre aux autorités et aux responsables", a-t-elle dit.

 

Concernant les raisons à l'origine de son choix, elle a déclaré que ce projet permettra de créer des opportunités de travail à des ouvriers, des ingénieurs, des techniciens, des journalistes et d'autres. Il contribuerait aussi à la réduction de l'immigration des jeunes vers les pays arabes et étrangers.

 

Quant au coût financier de son projet, Mme Khalil a précisé qu'il atteindra les 70 millions de dollars environ. Une somme que la télévision pourrait récupérer, en plus des salaires du personnel, au cours d'une période de huit ans. Elle a affirmé que la bonne gestion de ce projet pourrait le rendre efficace non seulement sur la scène libanaise, mais également arabe.

 

Elle a ensuite précisé que la télévision est construite sur un petit terrain. Toutefois, un terrain de 17260 m2, surplombant Beyrouth, se trouve à proximité, et il pourrait être utilisé dans la construction d'un nouveau bâtiment.

 

"Ce projet, que j'ai soumis au ministre de l'Information, Ramzi Jreige et au PDG de la chaîne nationale, Talal Makdessi, conservera l'ancien bâtiment, afin de préserver la mémoire de la télévision et par conséquent, assurera des emplois aux jeunes, limitera l'immigration, fournira la monnaie au Trésor public et conservera son archive et sa gloire", a conclu Mlle Khalil.

 

Pour sa part, M. Jreige a déclaré que le projet de Mlle Khalil a suscité son intérêt, précisant que la création d'une cité médiatique pourrait, dans une situation normale, être bénéfique pour le pays à l'instar de la cité médiatique de Dubaï, puisque le Liban est caractérisé par ses médias.

 

"Toutefois, ce projet nécessite une étude, ainsi que l'approbation du Conseil des ministres et peut-être du Parlement", a-t-il signalé.

 

Le ministre a souligné que le projet de Christelle gardera l'ancien bâtiment, notant qu'il était excellent d'un point de vue technique. Il a précisé qu'il l'a encouragée à poursuivre son travail.

 

Néanmoins, il a estimé que l'édification d'une telle cité médiatique, ainsi que de nouveaux bâtiments, nécessitait l'approbation du Conseil des ministres, ainsi qu'un appel d'offres pour obtenir la meilleure.

 

Quant à l'exploitation d'un médium officiel pour des intérêts privés, M. Jreige a indiqué qu'il fallait d'abord déterminer les objectifs et les moyens de financement, une responsabilité qui incombera au conseil d'administration de la télévision. "Je vais également proposer la nomination d'un nouveau conseil d'administration, qui sera responsable de l'essor de la télévision, et ce conformément à une stratégie tracée par le gouvernement".

 

"Tous ces objectifs nécessitent un financement. Cependant, à l'heure actuelle, "Télé-Liban jouit d'un appui gouvernemental en tant que seul contributeur, et en réalité, le coût de l'essor de la chaîne publique dépasse les budgets alloués par le gouvernement. Il faut donc trouver d'autres sources de financement", a-t-il conclu.

 

Pour que Télé-Liban demeure une compagnie connue par le slogan "de père en fils", il faut fournir des efforts sérieux et renforcer l'efficacité de cette chaîne nationale.

 

================

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

Les activits de la direction de l'Orie...

ANI – A l'occasion du 75e anniversaire de l'Indpendance de la Rpublique li

Mardi 20 Novembre 2018 16:02 Lire

Autorit des activits ferroviaires : des i...

Enqute : Rana Sarhane Traduite par Nayla Assaf L’Autorit gnrale des acti

Dimanche 30 Septembre 2018 16:56 Lire
  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web ractif