Les "smart cities" : chantiers de travail pour en discuter...et la ville de Jbeil prsente comme modle

Vendredi 21 Novembre 2014 09:13 Enqutes et dossiers chauds

Traduite par Elissar Naddaf

ANI - Les "smart cities" ou villes intelligentes prennent une forme constructive dans un nombre de pays, notamment les pays arabes. Les smart cities ont fait leur chemin aux tribunes des conférences où elles sont discutées et commercialisées.


Les médias n'ont malheureusement pas accordé un espace convenable aux smart cities malgré la présence de bâtiments et de petites villes sous le nom de bâtiments ou de villes intelligentes.


Quelles sont les villes intelligentes ou durables?


Une ville peut être qualifiée d’intelligente quand les investissements en capitaux humains, sociaux, en infrastructures d'énergie (électricité, gaz), de flux (humains, matériels, d'information) alimentent un développement économique durable ainsi qu’une qualité de vie élevée, avec une gestion avisée des ressources naturelles, au moyen d'une gouvernance participative et d'une utilisation efficience et intégrée des NTIC .


Une ville intelligente serait capables de mettre en oeuvre une gestion des infrastructures (d’eau, d'énergies, d'information et de télécommunications, de transports, de services d’urgence, d'équipements publics, de bâtiments, de gestion et tri des déchets, etc.) communicantes, adaptatives durables et plus efficaces, automatisées pour améliorer la qualité de vie des citoyens, dans le respect de l'environnement.


La ville de Masdar qui se situe au milieu du désert d'Abou Dhabi est une ville intelligente conçue comme ville durable qui a recours à l'énergie solaire et aux parcs éoliens pour produire l'électricité. Cette ville est conçue sur une plate-forme numérique qui permet d'accéder à des technologies de pointe qui sont en cours d'exécution.


La compagnie Sisko a également achevé la ville intelligente de "Yo" en Corée du Sud . D'autres villes similaires ont également été contruites dans des pays européens.


Le rapport de l'industrie des constructions japonaises a défini la ville intelligente de la sorte: c'est une ville qui doit disposer des moyens les plus efficaces pour atteindre un environnement approprié et productif pour les utilisateurs, et qui répond aux demandes des utilisateurs du bâtiment et la construction.

 

Le marché mondial a estimé que le taux des investissements dans les smart cities atteindra les 2 trillions de dollars en 2020 dont 63 milliards de dollars en Arabie Saoudite, Qatar et les Emirats.


Des conférences ont été tenues en Jordanie et au Liban sur les villes intelligentes, leurs avantages et leurs inconvénients. Une conférence sera également tenue au Caire les 8 et 10 décembre sur les villes durables avec l'appui du Fonds des Nations-Unies pour les habitants et des ministères compétents.


L'ingénieur égyptien Mohsen Aboul Naja a mis l'accent, lors d'une congrès tenu à Beyrouth les 3 et 4 novembre, sur les lacunes dans la construction des villes durables et sur le renforcement des analyses et la confrontation des obstacles avant la mise en oeuvre de n'importe quelle stratégie . Il a également mis l'accent sur le développement durable qui est le meilleur moyen pour aboutir aux villes durables.


Frank Henrich qui a annoncé que l'Allemagne ne souffre pas de la corruption a mis l'accent sur le changement dans les mentalités non seulement sur le plan technique.


"Je ne connais pas Beyrouth mais il paraît qu'elle est un mélange de Los Angeles et de Sidney et qu'elle comprend une pollution énorme et d'immenses embouteillages" a-t-il ajouté.


Il a de ce fait évoqué l'expérience allemande dans le domaine des districts durables et dans la relation avec le réseau intelligent qui permet aux petits secteurs de devenir des villes durables.


A son tour, Dr Rami Daher(de la Jordanie) a mis l'accent sur la nécessité de trouver des surfaces publiques se demandant sur la possibilité de faire face au néolibéralisme qui menace nos villes .


M. Daher a critiqué l'investissement dans le secteur privé au lieu des surfaces publiques citant SOLIDERE comme modèle, soulignant que ce genre de projets met en relief l'inégalité au sein des villes.


Dr Bassel el Hamad, ingénieur et conseiller environnemental en Jordanie, a souligné que la crise résulte de l'absence de la démocratie au sein des conseils représentatifs locaux vu que la majorité ce ces conseils oeuvrent à résoudre les problèmes car ils représentent des clans qui ne sont pas capables d'accepter le développement civilisé et où la transparence et la demande des comptes sont absentes.


M. el Hamad a énuméré les incidents qui résultent de la surpopulation notamment le terrorisme, le harcèlement, le viol, l'homosexualité, le sabotage des lieux et la violence.


L'ingénieur Antony Sfeir a indiqué que la ville de Jbeil souffre du changement climatique, de la croissance de la population et d'un manque d'entretien dans l'infrastructure sans oublier les conflits politiques et sécuritaires régionaux.


A propos du développement de la ville tout en gardant son patrimoine, il a souligné que la municipalité de Jbeil a mis en place un parc sur une superficie de 13 mille mètres carrés et qu'elle a interdit l'entrée des voitures pour atténuer l'embouteillage et l'émission du gaz carbonique en assurant de petits moyens de transport à l'intérieur du village.


La municipalité a également mis en place une cité sportive et a restauré le marché principal de Jbeil et travaille actuellement sur un projet pour la consommation de l'énergie et des eaux. La municipalité a rédigé aussi la stratégie de la ténacité et de l'immunité de la ville et oeuvre actuellement à former une unité pour lutter contre toute catastrophe environnementale.


Pour sa part, Dr Nadim Farjallah, professeur à l'AUB, a affirmé que la ténacité et la flexibilité sont la capacité d'un système à absorber les chocs et à s'acclimatiser tout en préservant les spécificités et l'identité du lieu.


La durabilité selon lui signifie la façon de satisfaire nos besoins, proposant un nombre de principes notamment la rétention de l'eau des pluies, le recyclage de l'eau des déchêts, la production de l'énergie à partir de l'énergie solaire et l'exploitation des surfaces vertes dans l'agronomie.


En conclusion, les villes intelligentes assurent un environnement durable et une infrastructure basée sur la technologie des renseignements et des télécommunications. L'Homme reste néanmoins une valeur morale responsable qui constitue la colonne vertébrale du développement.

=============E.N.G

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

Les activits de la direction de l'Orie...

ANI – A l'occasion du 75e anniversaire de l'Indpendance de la Rpublique li

Mardi 20 Novembre 2018 16:02 Lire

Autorit des activits ferroviaires : des i...

Enqute : Rana Sarhane Traduite par Nayla Assaf L’Autorit gnrale des acti

Dimanche 30 Septembre 2018 16:56 Lire
  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web ractif