La deuxième partie de l'autoroute reliant Sir el Donnieh à Hermel en cours de réalisation Le gouvernement lance une démarche pour le développement en reliant le Jurd de Donnieh à la BékaaOuest

Jeudi 21 Aout 2014 à 11:53 Enquêtes et dossiers chauds

Enquête: Mohammad Seif
Traduction: Diala Hanna


ANI - Quand le développement s'allie à la beauté, c'est un fabuleux tableau peint par le Créateur qui en résulte! C'est là que l'Etat libanais intervient, quoiqu'avec un peu de retard, pour permettre à ses citoyens de contempler un endroit pittoresque, dont les montagnes, les forêts et les vergers, jusqu'ici à l'abri des regards, sont toujours vierges.

C'est des fières montagnes de Donnieh qu'il s'agit! Ces montagnes qui relient l'est et l'ouest du pays, sur 409 km2 de villages, de localités, de collines, de plaines, de ruisseaux et d'arbres fruitiers et rares - une bouffée d'air frais pour les vacanciers, notamment à Qornet el-Saouda, plus haut sommet du Liban et du Moyen-Orient qui culmine à 3075 mètres.

La région de Donnieh, dont les plateaux surplombent la capitale du Liban-Nord, est bordée par le Akkar au nord, Baalbek-Hermel à l'est, et Zghorta et Bcharré au sud. Ses montagnes, les plus hautes du Liban, embrassent les nuages et les traversent même parfois, pour donner l'impression de survoler le ciel.

Ces paysages, de nombreux Libanais en ont été longtemps privés et, grâce à la réalisation du projet de l'autoroute reliant Tripoli au centre du Caza de Sir el-Donnieh, leur contemplation est désormais à la portée de tous.

La mise en oeuvre de ce projet, sous la supervision du Conseil du Développement et de la Reconstruction, a débuté depuis plusieurs années, du côté de Hermel - Jbeb el Homer. La première partie des travaux a été achevée il y a deux ans, au niveau du lac de Brisa, dans les hauteurs de Donnieh. Cela a naturellement provoqué une hausse des prix de l'immobilier dans la région.

La zone assez accidentée a rendu difficile l'exécution de cette première partie du projet, mais les habitants de la région étaient assez satisfaits de la qualité et de la rapidité des travaux, surtout que leurs propriétés ont été préservées.

M. Riad Hammoud, directeur de la société Danach qui est chargée des travaux, a affirmé dans un entretien accordé à l'Agence Nationale d'Information (ANI) que la seconde partie du projet consiste à relier Sir el-Donnieh et les autres villages de la région à Baalbek et à Hermel.

Il a ajouté que le coût de construction de cette autoroute d'une longueur de 16 km atteint les 28 millions de dollars, pourvus par la Banque Islamique à travers le gouvernement libanais représenté par le Conseil du Développement et de la Reconstruction. "Les travaux nécessitent trois ans, sans compter les jours fériés, les forces majeures et les conditions météorologiques", a-t-il expliqué.

M. Hammoud a de même révélé que des études avaient été effectuées pour la construction d'un pont d'une longueur de 110 mètres au-dessus d'une vallée profonde, afin de relier les villages de Bkarsouna et Nemrine Bkouza.

"La construction de ce pont devrait débuter l'année prochaine", a-t-il précisé, avant de noter, en conclusion, que l'Etat s'était déjà approprié les terrains nécessaires et que les propriétaires avaient été indemnisés.

Plusieurs citoyens et notables de la région ont également exprimé leur point de vue quant à ce projet qui constitue un premier pas pour l'élimination d'une ère de privations pour Donnieh et le Hermel.

Le chef de la municipalité de Nemrine Bkouza, Moustapha Arbas, a ainsi estimé que cette autoroute est une artère vitale qui réduit les distances entre la Békaa et Tripoli. "Cela facilite les contacts humains et le transport des marchandises jusqu'à la Bekaa, puis vers le mode arabe. Sans oublier que ce projet encourage le tourisme et attire les vacanciers", a-t-il affirmé. Il a toutefois regretté l'absence de coordination entre l'entrepreneur en charge des travaux et la municipalité - le premier ayant débuté les travaux sans aucune coordination avec la seconde, ce qui avait provoqué certains clashs.

L'agriculteur Khaled Ouwayd, originaire de Manchara, a pour sa part salué ceux qui sont en charge des travaux "assez difficiles", surtout que la nouvelle autoroute redonnera la vie et offrira de nombreuses opportunités à une région longtemps démunie.

Quant au maire de Sir el-Donnieh, Mohammad Ali Derbas, il a souligné l'importance de ce projet qui montrera, au monde entier, la beauté de Donnieh.

"L'Etat et la croissance sont arrivés à nos villages avec un peu de retard", a-t-il noté, avant de braquer la lumière sur certaines lacunes dans le projet, notamment au niveau des entrées et des sorties de l'autoroute et des canaux d'irrigation.

Il convient de rappeler, en conclusion, que le président du Conseil de Développement et de Reconstruction, Samir Jisr, et le directeur général du Fonds arabe pour le développement économique et social Abdel Latif Hamad, avaient signé un accord pour un prêt de six millions de dinars koweïtiens, ce qui équivaut à 21 millions de dollars américains, pour la réalisation de la route Sir el Donnieh - Jbeb el Homer - Hermel.

================D.H

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web réactif