Sada, portail du Sud et descendante de Sidon

Lundi 05 Mai 2014 11:11 Connatre le Liban

Enquête: Iman Salameh
Traduction: Diala Hanna/C.P.

ANI - Saïda... portail du Sud et descendante de Sidon, ville phénicienne réputée pour la fabrication de teinture de pourpre et d'où l'alphabet se propagea, selon les historiens, dans l'empire grec...

De par sa civilisation, Saïda est l'une des villes à la renommée la plus ancienne. Son vieux port, son château-fort et ses vestiges en constituent la preuve. C'est la troisième plus grande ville de l'actuel Liban.

Noms et Histoire

Plusieurs noms ont été donnés à cette ville, dont Sidon en latin et en grec ancien, et "Shehado" en hébreu. Ces noms, qui signifient "pêcherie", sont dus à la profusion de poissons qui peuplent sa plage. Ses anciens habitants, pour leur part, étaient en majorité des pêcheurs.

Selon les historiens, l'antique Sidon est la première ville à être construite sur la côte phénicienne. Elle a été fondée pendant le second millénaire av. J.-C par Tsidone - fils de Canaan, lui-même petit-fils de Noé - qui lui donna son nom. A savoir que le peuple phénicien habita la côte libanaise vers le troisième millénaire av. J.-C., et que les fouilles effectuées par les Français entre 1914 et 1960 montrèrent que les Grecs furent les premiers à donner le nom de "Phénicien" à ce peuple.

Cette ville, qui fut historiquement célèbre pendant le premier millénaire av. J.-C., connut la prospérité vers la fin du second millénaire. A cette époque, elle était divisée en deux parties, comme le témoignent les inscriptions du temple d'Eshmoun: la Grande Sidon ou la ville maritime, qui constitue l'actuelle Saïda et qui fut jadis un centre d'industrie et de commerce, et la Petite Sidon, située en contrebas des collines qui surplombent la ville.

Au fil de son histoire, Sidon connut le règne des Romains, des Byzantins, des Omeyyades, des Abbassides, des Fatimides, des Croisés et des Ottomans. Elle fut longtemps isolée, de par la volonté de ses gouverneurs, du reste de l'entité libanaise. A la fin de la première guerre mondiale et avec la chute de l'empire Ottoman, Sidon fut à nouveau annexée au Liban pour être désormais connue comme la "capitale du Liban-Sud".

Civilisations et signification

L'histoire de Saïda et les civilisations connues par cette ville ont été découvertes grâce à des fouilles effectuées par des archéologues français entre 1914 et les années soixante. Ces fouilles reprirent en 1998, financées cette fois par le Musée Britannique. Elles montrèrent que la ville côtoya l'Age du Bronze - le Bronze ancien (3000 ans av. J.-C.), le Bronze moyen et le Bronze final (2000 ans av. J.-C.) - puis l'Age du Fer (premier millénaire av. J.-C.).

Economie, commerce et industrie

L'économie de Saïda fut longtemps basée sur la culture des agrumes, une culture prospère grâce au sol fertile et à l'abondance d'eau.
Le coton y fut également cultivé jusqu'à la moitie du XIXe siècle.

La ville fut de même connue pour le commerce du bois, la construction navale et l'extraction de la pourpre utilisée pour teindre les tissus.

Les historiens qui connurent l'antique ville assurent que les Sidoniens furent les premiers à fabriquer le verre transparent. Ils avaient construit des usines pour sa fabrication le long de la côte, jusqu'à la ville de Sarafand.

Sidon fut aussi caractérisée, entre autres, par la fabrication de pots en céramique, la gravure, ainsi que le moulage d'or, d'argent et de matériaux divers. Ses habitants furent les premiers à paver les rues et à accorder un grand intérêt à "l'industrie de l'art". Des objets d'art antiques fabriqués à Sidon sont exposés, de nos jours, dans plusieurs musées européens.

Une population hétéroclite

La population de Saïda est hétéroclite par excellence, la ville ayant longtemps été un centre pour les échanges commerciaux. Certaines familles ont des origines iranienne, syrienne, égyptienne ou marocaine.

Ainsi est Saïda! Une ville dont les habitants diffèrent par leurs origines, leurs confessions et leurs opinions. Ils s'accordent toutefois sur l'amour qu'ils portent pour leur terre et sur le fait que leur ville, jadis connue pour être la "mère des métropoles", doit toujours être pionnière et avant-gardiste.

========================

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

Les activits de la direction de l'Orie...

ANI – A l'occasion du 75e anniversaire de l'Indpendance de la Rpublique li

Mardi 20 Novembre 2018 16:02 Lire

Autorit des activits ferroviaires : des i...

Enqute : Rana Sarhane Traduite par Nayla Assaf L’Autorit gnrale des acti

Dimanche 30 Septembre 2018 16:56 Lire
  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web ractif