La citadelle de Saida...une façade maritime contre les conquêtes

Mardi 22 Octobre 2013 à 11:00 Connaître le Liban

Enquête rédigée par Imane Salamé

 

Traduite par Elissar Naddaf

 

ANI - La citadelle maritime de Saida a été édifiée au treizième siècle sur une petite île au nord de la plage. L'édification s'est échelonnée sur plusieurs étapes entre 1227 et 1291, date de la chute de Saida entre les mains des Mamlouks. La citadelle a été construite par les croisés venus de l'Europe à la façon des châteaux forts habités par les dirigeants européens du Moyen-âge qui voulaient se défendre des invasions externes.

 

Cette citadelle serait construite sur les restes d'un temple phénicien dont les pierres et les colonnes archéologiques ont été utilisées dans sa construction.

 

Les croisés ont construit un pont rocheux formé au début et au milieu de rochers gigantesques fixes. Actuellement, il ne reste de l'ancien pont que sa base nord qui est la plus proche de la citadelle. Les deux autres ont été reconstruites du même style à l'époque du mandat français après s'être effondrées à cause des vagues en 1936.

 

La façade Nord-est


Les statues sculptées sur le grand portail dénotent l'internet que portaient les croisés à la décoration de leurs citadelles. Ce qui attire l'attention à l'entrée de la citadelle c'est ce mur qui lie ses parties et qui empêche les ennemis de la conquérir. Ce mur rocheux interne qui s'élève à 27 mètres de hauteur constitue un obstacle rocheux gigantesque.

Apres avoir franchi l'entrée de la citadelle, le visiteur peut remarquer la présence de rochers éparpillés ici et la malgré la restauration permanente de la citadelle à travers le temps.

Du coté Nord Est de la citadelle, on pourrait voir les restes de son ancienne église dont le mur constituait la base d'une petite mosquée construit à l'époque ottomane en 1840, année durant laquelle la citadelle a été bombardée par la marine britannique.

Depuis ce temps, la citadelle a gardé sa forme actuelle. La tour en face de la mosquée permet de voir la mer de tous ses cotés et comprend un labyrinthe avec une petite échelle interne qui permet d'annoncer le danger qui menace la citadelle.

Dans un autre coin de l'ancienne église, nous trouvons des pierres rassemblées prêtes à être utilisées dans la construction. L'entrée Nord-est constituait une entrée aux délégations qui venaient de tous les coins du monde.

La façade occidentale

La façade occidentale de la citadelle a été légèrement restaurée malgré les grands dégâts causés par les vagues au niveau des murs.


En 2009, la direction générale de l'archéologie aurait mis en place un plan intégré pour la restauration de la citadelle et d'autres sites archéologiques financé par la Banque mondiale.

 

La tour occidentale se caractérise par son toit décoré par une arcade en pierre. Ses orifices permettent de voir la mer et son soleil rayonnant, et des escaliers en spirale mènent à des sorties vers la ville ou vers la mer.

 

Les travaux de restauration


Plusieurs parties de la citadelle maritime se sont effondrées entre autres la tour Nord Est qui a été restaurée en 1960 ou le Haut comité de secours a financé le projet de restauration qui consistait à renforcer les bases de la citadelle tout en respectant la taille des pierres qui ressemblent à celles qui se trouvent dans l'arcade de la tour et de la citadelle. Les travaux de restauration ont duré trois mois.

Les ingénieurs qui ont supervisé les travaux ont affirmé que cet effondrement était du aux vagues maritimes qui venaient des cotés Nord, Est et Ouest.

Des travaux de restauration ont été également effectués à deux mètres au fond de la mer.

La citadelle aspire actuellement à un genre de protection qui l'aide à sauvegarder son histoire.

============E.N.G

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web réactif