Grce au Chef de la Nation du Kazakhstan Astana est devenue un hymne l'Eurasie

Vendredi 26 Juillet 2013 10:49 Enqutes et dossiers chauds

  Enquête par LILIANE MOKBEL

ANI - Comme chaque année au mois de juillet et ce, depuis quinze ans jour pour jour, Astana, porte tous ses atours pour célébrer sa consécration par le Président de la République Nursltan Nazarbayeb, comme capitale du Kazakhstan, en remplacement d'Almaty. Les khazakhes sont fiers de leur Président " visionnaire ", qui a réussi de faire d'Astana en une quinzaine d'années l'une, sinon la cité, la plus moderne de l'Eurasie. Asatana, ville géographiquement à équidistance de l'ensemble des régions du pays est une ville qui ne dort pas tout au long de l'année. Cette caractéristique est mise en avant en juillet au cours duquel des festivités populaires sont organisées à chaque coin de rues pour célébrer " la journée d'Astana ". Ces festivités sont populaires dans la mesure où elles mettent en relief les traditions et l'artisanat d'Astana et rassemblent tous les résidents de la cité. Le Président de la République est de la fête puisqu'il y prend part personnellement. La délégation de journalistes libanais et jordaniens ont bien remarqué le 6 juillet son convoi sillonnant les grandes artères de la capitale mais pour des raisons de sécurité, sa descente de voiture et son bain de foule sont restés secrets jusqu'au dernier moment.

Les objectifs de l'Etat

Depuis son accession à l'indépendance, le Kazakhstan est conduit par le Président Nursultan Nazarbayev. Ce dernier a réussi la gageure de mettre en avant les avantages compétitifs de son pays. Il souhaite en faire une destination touristique, avec son passé historique de sites et de monuments, ainsi que sa nature et ses paysages uniques, soulignant au passage que le Kazakhstan, situé en Asie centrale, a fait partie de la route de la soie. Dans le même prolongement, la première magistrature de l'Etat insiste pour démontrer au monde le fort potentiel de croissance économique du pays.
Pour ce qui est de la capitale, sa croissance économique a été fulgurante son taux de croissance moyen est de 10% depuis une dizaine d'année alors qu'au début de la désintégration de la l'URSS, le taux d'inflation tournait autour de 3000%. Ceci dit, Astana, comme dans plusieurs villes européennes, est formé d'une rive droite et d'une rive gauche dans le sens de l'ancienne capitale et de la nouvelle traversait par un fleuve. "Le chef de la Nation", titre donné par les kazakhs en 2010 à leur Président de la République, a dans ses poches un plan pharaonique pour la capitale. L'empreinte de sa main, déjà imprimée sur les billets de banque kazaks, se trouve dans un moule en or au sommet d'une tour d'Astana. Il s'agit d'une reconnaissance des résidents de la capitale à leur gouverneur.Beaucoup de grands ateliers d'architectes ont participé et participent à l'édification d'Astana. La conception générale du site fut confié au japonais Kisho Kurokawa, pour qui cette histoire fut " le projet de sa vie" qu'il estimait abouti en 2030. Décédé en 2007, il eut le temps de construire l'aéroport.D'autres grandes signatures suivirent, Manfredi Nicoletti a dessiné l'immense salle de concert. La Bibliothèque nationale du Kazakhstan, un " véritable tourbillon architectural " fut confiée à l'agence danoise Big. Le célèbre architecte Norman Foster s'est taillé la part du lion avec plusieurs réalisations dont le complexe de loisirs Khan Shatyr.Par ailleurs, on retrouve dans cette ville à caractère cosmopolite une version kazakh de Maison blanche qui abrite la résidence de Chef de la Nation, une version de la pyramide du Louvre comme une autre de la grande mosquée du Koweït.

L'Université Nazarbayev

Parallèlement à l'édification de la capitale, le président kazakhe Nursltan Nazarbayev a planifié la formation d'une élite des nouvelles générations afin que les ressources humaines locales soient qualifiées dans l'objectif d'accompagner et poursuivre le développement et la modernisation de la cité. En autonome 2010, l'Université Nazarbayev accueillit son premier étudiant. La qualité d'excellence de sa formation académique trouve son origine dans son partenariat stratégique de formation avec plusieurs établissements d'enseignements supérieurs qui sont classés parmi les trente premiers dans le monde. Elle a des accords de partenariat avec à titre indicatif l'University College of London (UCL), University of Cambridge, Fuqua Business School, Duke University (USA), Colombia University, etc. Par décret présidentiel, cette unique université à Astana qui fonctionne en conformité avec les standards internationaux académiques, jouit "d'un statut indépendant et autonome". L'enseignement officiel dans ce havre académique est livré en anglais et l'admission y est des plus sélectives sur base de concours et sous condition que le postulant ait déjà à son crédit un certificat universitaire préparatoire après son obtention du baccalauréat. En 2011, le nombre d'étudiants qui fréquentait cette université s'est élevé à 1000.Pour le moment l'Université Nazarbayev a inauguré les facultés suivantes : l'école de sciences et de technologies, l'école de génie, l'école des sciences humaines et sociaux. En 2013, elle s'est dotée d'une faculté de médecine. Autre fait marquant, la création en 2010-2011 de deux centres de recherches en coopération avec "The Center for Energy Research" (CER) et "The Center for Life Sciences" (CLS). Le premier centre est dédié à des recherches avancées sur l'énergie renouvelable à savoir l'énergie éolienne, l'énergie photovoltaïque et la bioénergie ainsi qu'aux moyens techniques à mettre en œuvre pour obtenir une économie de la consommation énergétique.

Le Liban et le Kazakhstan

Bien avant la résolution de l'assemblée nationale de Nations Unies, l'Etat du Kazakhstan a décidé de faire un don au gouvernement libanais de 200 000 $ dédié à l'aide aux réfugiés syriens au pays du Cèdre. Sur un autre plan, les Libanais accompagnent cette jeune ville dans son évolution. Lors d'une rencontre avec l'ambassadeur du Liban au Kazakhstan, Vazken Kaulakian, en poste à Astana, depuis 2007, le diplomate a indiqué que la colonie libanaise dans son pays d'accréditation représente aujourd'hui quelques milliers de personnes mais il s'agit surtout d'une diaspora formée de Libanais professionnels dans le planning et la construction qui ont remporté de grands projets d'infrastructure. Trois grandes compagnies libanaises d'entreprenariat ont pignon à Astana à savoir les méga sociétés CCC, Dar al-Handasah et Khatib & Alami. Youssef Fares directeur à Dar Al-Handasah, qui se trouve depuis plusieurs années sur place, a révélé que la société libanaise a remporté l'appel d'offres sur base d'un cahier de charge extrêmement strict et concurrentiel des études de consultation puis dans une étape ultérieure la supervision des travaux de construction de la voie ferroviaires de 60 km qui passe dans la capitale kazakhe. Cette voie ferroviaire relierait la chine à la Turquie. En réponse à une question, il a souligné la difficulté d'avoir un permis de travail à Astana, affirmant que le recrutement d'un Libanais par leur compagnie nécessite la publication d'une offre d'emploi dans le journal officiel tout en donnant la priorité aux Kazakhes. Si les qualifications requises ne sont pas remplis par un citoyen, un Libanais obtient un permis de travail à la condition que Dar al-Handasah s'engage à former un remplaçant kazakh à l'avenir. Le paysage de l'emploi est différent pour la compagnie CCC. Celle-ci vient de remporter l'exécution du projet "Abu Dhabi Plaza" après que la société turque, Bawtar, ait été contrainte de se retirer pour des raisons liées à la mise en œuvre du contrat de construction. Le projet d'un coût global, d'un milliard deux cents millions $, consiste en l'édification de centres résidentiels et de centres commerciaux. En réponse à une question, Jamal Jaafar de la CCC, a déclaré que le projet sera exécuté en joint venture avec la société Arabtec, et que trois cents Libanais bénéficiant de formation académiques diverses sont attendus d'ici la fin du mois de juillet pour rallier le personnel de la CCC à Astana. "Le contrat signé avec les actionnaires du projet formé de cinq investisseurs émiratis et de deux kazakhes stipule que la CCC a le droit d'employés des Libanais dans une proportion de 30% contre 70% pour les Kazakhes ", a précisé Jamal Jaafar. Les travaux d'infrastructure d'Abu Dhabi Plaza serait achevés en septembre 2017. A part les trois compagnies d'ingénieries, il existe la société A.Abella pour le catering dont la gestion est confiée en ce moment à des ressortissants saoudiens.

=================

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

Les activits de la direction de l'Orie...

ANI – A l'occasion du 75e anniversaire de l'Indpendance de la Rpublique li

Mardi 20 Novembre 2018 16:02 Lire

Autorit des activits ferroviaires : des i...

Enqute : Rana Sarhane Traduite par Nayla Assaf L’Autorit gnrale des acti

Dimanche 30 Septembre 2018 16:56 Lire
  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web ractif