22 Mars, Journée mondiale de l'eau douce... L'Etat demande de gérer l'utilisation de l'eau et le citoyen souhaite y avoir accès

Vendredi 22 Mars 2013 à 09:38 Connaître le Liban

Enquête: Rima Youssef Traduite par: Nicole Khattar ANI - Le 22 mars, c'est la Journée Mondiale de l'Eau. Et comme chaque année depuis 1993, cette journée est l'occasion d'attirer l'attention sur l'importance de l'eau douce, sa gestion et son accès à tous. Le Liban est riche en eau, cependant, cette ressource naturelle essentielle à la vie est gaspillée, puisqu'un volume considérable d'eau se déverse dans la mer. En effet, avant même de demander à l'Etat de gérer l'utilisation de l'eau, il doit au préalable l'assurer aux citoyens. Considéré comme le château d'eau du Moyen-Orient, le Liban dispose de 40 cours d'eau et de 2000 sources, ce qui garantit l'afflux des eaux tout au long de l'année dans 17 rivières parmi 40. La conservation de l'eau requiert une gestion de la consommation de cette ressource naturelle. C'est pourquoi, la campagne du "Grand Bleu" a lancé ses campagnes nationales depuis trois ans, en vue de nettoyer les rivières et de ne pas polluer les eaux de surface et souterraines. Elle a de même coopéré avec les différents ministères et la direction générale des ressources hydrauliques et électriques, pour braquer les projecteurs sur l'importance de l'eau douce et de la gestion des eaux, par diverses campagnes de sensibilisation. La direction générale des ressources hydrauliques et électriques, présentée par son directeur général Fadi Koumair, a élaboré un plan décennal pour préserver et exploiter les eaux des rivières.

Ce plan prévoit d'assurer des ressources en eau additionnelles grâce à la construction des barrages, qui devraient permettre de mobiliser 1,1 milliard de mètres cubes d'eau par an, et prévoit également la création d'une centaine de stations d'épuration réparties sur l'ensemble du territoire libanais, ainsi que la réhabilitation des réseaux de distribution. L'utilisation rationnelle de l'eau, la réduction du coût de l'énergie utilisée dans le pompage, l'augmentation du niveau de l'alimentation des aquifères et trouver des sources de financement aux projets d'eau élaborés relèvent également des objectifs de ce plan décennal. Le bureau de M. Koumair a déclaré que le plan décennal était enfin finalisé, assurant que l'eau venant du barrage de Shabrouh nourrit aujourd'hui, 24/7, la région de Kesserouan. L'eau constitue une source de vie et doit rester une question prioritaire, puisque l'eau polluée tue 3,4 millions de personnes chaque année et qu'un enfant meurt toutes les 21 secondes d'une maladie liée à l'eau. =============== V.MW.

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web réactif