Déclaration de Beyrouth: confirmation de la nécessité de conjuguer les efforts pour réduire les souffrances des déplacés et réfugiés, sommet de 2013 en Mauritanie

Dimanche 20 Janvier 2019 à 19:48 Politique

ANI - A la fin du 4e sommet socio-économique arabe de Beyrouth, le ministre libanais sortant des Affaires étrangères a lu la "Déclaration de Beyrouth" qui en a été issue et qui met l'accent sur la nécessité que toutes les parties donatrices internationales et tous les fonds arabes conjuguent leurs efforts, en vue de réduire les souffrances des déplacés.

"Nous, dirigeants des pays arabes réunis au  4e sommet socio-économique arabe de Beyrouth, réitérons notre engagement complet à réaliser les décisions des sommets précédents tenus respectivement au Koweït, à Charm el-Sheikh et à Riyad, et assurons la nécessité d'éliminer les obstacles qui entravent leur mise en oeuvre, afin de poursuivre le processus économique, social et développemental arabe (...)", a-t-il dit.

Selon le texte lu par le ministre Bassil, les parties participant au sommet se sont accordées, en prenant en compte les circonstances et les changements socio-économiques qui ont influé sur le monde arabe (...), sur la nécessité de conjuguer les efforts des parties et organisations donatrices internationales pour réduire les souffrances des déplacés et réfugiés, et pour assurer le financement de projets développementaux dans les pays hôtes afin de réduire l'impact socio-économique de l'afflux des déplacés.

Ils ont de même mis l'accent sur la nécessité de soutenir le peuple palestinien face aux agressions israéliennes qui augmentent, "ayant foi en la responsabilité arabe et islamique envers al-Qods et son identité arabe, musulmane et chrétienne".

"Toutes les parties concernées doivent s'unir pour financer les projets du plan stratégique pour la croissance de Jérusalem-est", a-t-il ajouté, avant de confirmer l'attachement au droit de retour des Palestiniens et au respect des résolutions internationales relatives à al-Qods et au refus de reconnaître cette ville comme capitale de l'occupation israélienne.

Toujours selon la Déclaration lue par M.Bassil, les participants au sommet ont décidé d'adopter des politiques avant-gardistes pour profiter de l'économie numérique et élaborer une vision arabe commune dans ce domaine. "Dans ce contexte, nous apprécions l'initiative de l'Emir du Qatar, cheikh Sabbah Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabbah pour la création d'un fonds d'investissements dans les domaines de la technologie et de l'économie digitale pour un capital de 200 millions de dollars américains, avec la participation du secteur privé, et la contribution du Koweït et du Qatar d'une valeur de 50 millions dollars chacun à ce fonds (...), a indiqué M. Bassil.

La Déclaration de Beyrouth se penche également sur les progrès et besoins de l'union des Douanes, dans l'espoir d'établir un "marché arabe commun", ainsi que sur un projet qui permettrait de développer les petites et moyennes entreprises, en vue de réduire le taux de chômage.

Le sommet a en outre décidé d'adopter la "stratégie arabe pour le développement durable 2030", la "stratégie arabe pour la lutte contre la pauvreté 2020-2030", la "stratégie rose pour la santé de la femme arabe", le "plan de travail pour le développement de la famille arabe", le "programme d'intégration de la femme dans le processus de croissance des sociétés locales" et la "stratégie arabe pour la protection de enfants réfugiés dans le monde arabe".

Il a été enfin décidé que la Mauritanie accueillera le 5e sommet socio-économique de 2023.

    =============D.H.

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web réactif