Hariri: Notre objectif travers CEDRE est d'assurer le financement de projets d'une valeur de 6 milliards de dollars qui seront excuts par l'Etat

Mardi 20 Mars 2018 14:10 Economie

ANI - Le président du Conseil des ministres Saad Hariri a dit, ce mardi lors de l'ouverture du Forum des affaires et de la Finance, organisé par "Confex" en coordination avec la Banque Centrale à l'Hôtel Phoenicia: "Nous nous rendons à la conférence CEDRE pour présenter le programme d'investissement et notre vision pour  la stabilité, la croissance et les opportunités d'emploi".

Il a ajouté, selon un communiqué publié par son bureau de presse, que l'objectif de cette conférence est d'obtenir un financement pour la première période du programme qui s'étend de 2018 à 2022, avec des projets totalisant environ 10 milliards de dollars. Sur les dix milliards de dollars, des projets d'une valeur de trois à quatre milliards de dollars seront exécutés grâce au partenariat entre les secteurs public et privé.

Voici le discours prononcé par le Premier ministre Hariri:

"Votre conférence d'aujourd'hui s'intitule " Développement économique durable pour le Liban" et c'est effectivement la question fondamentale dans notre pays aujourd'hui: nous devrions tous cesser de penser " année par année " et commencer à penser pour les dix et quinze prochaines années.

C'est dans ce contexte que nous nous sommes engagés à atteindre les objectifs de développement durable adoptés au Sommet des Nations Unies sur le développement durable en septembre 2015. Nous préparons aujourd'hui le premier Rapport national volontaire du Liban sur les progrès réalisés pour atteindre ces objectifs. Dans ce contexte se place également la Conférence CEDRE, qui est une étape très importante dans le processus de développement durable et nous nous rendons à cette conférence avec une vision intégrée pour la stabilité, la croissance et l'emploi.

Le plan d'investissement (Capital Investment Program CIP) est la première base de cette vision, à travers laquelle nous espérons nous doter d'une infrastructure qui répondrait à nos besoins futurs et répondrait aux aspirations du peuple libanais, et fondamentalement aux aspirations du secteur privé libanais.

Nous avons présenté notre programme lors de la conférence "Investir  dans l'infrastructure au Liban" qui s'est tenue le 6 mars. La conférence a été très réussie en termes de participation d'un grand nombre d'entreprises étrangères ou en termes de l'enthousiasme que vous avez montré en tant que secteur privé pour participer avec l'Etat aux projets qui peuvent être mis en œuvre en partenariat avec le secteur public et dont le montant varie entre 5 et 7 milliards de dollars.

Je vous le dis honnêtement: vous ne nous avez jamais déçu et vous n'avez jamais déçu le Liban. Cet espoir que je vois dans les yeux de chacun d'entre vous nous donne la détermination et la motivation de continuer, et cela me fait réaliser pourquoi le rêve de Rafic Hariri pour le Liban était si grand.

La deuxième base de notre vision est de mener les réformes nécessaires dans les finances publiques. Nous avons effectué beaucoup de progrès dans ce dossier après que nous ayons approuvé, à la fin de l'année dernière, le premier budget public après 12 ans sans budget. Aujourd'hui, nous comptons continuer sur cette lancée en approuvant le budget 2018 que le Conseil des ministres a envoyé au Parlement il y a près de deux semaines.

Au cours de notre discussion du budget, nous nous sommes concentrés sur la rationalisation et la réduction des dépenses autant que possible, afin de contrôler le déficit budgétaire. Lors de notre discussion du projet de budget lors des réunions de la commission ministérielle, notre principale préoccupation était un équilibre entre la nécessité de réduire la taille des dépenses et de limiter le plafond du déficit d'une part, et donner des incitations aux secteurs économiques et réduire le fardeau fiscal sur le secteur privé et tous les citoyens de l'autre.

Tout cela s'est produit en tenant compte du revenu budgétaire limité et en n'imposant aucune augmentation d'impôt. Franchement, je vous dis que les grands efforts déployés lors des réunions de la commission ministérielle ainsi que la coopération et la responsabilité de tous les ministres sont une confirmation que tous les Libanais ont une volonté sérieuse d'effectuer une réforme financière pour maintenir la stabilité financière et monétaire.

La troisième base de la vision que nous présenterons lors de la conférence CEDRE est d'entreprendre les réformes structurelles et sectorielles nécessaires. Les réformes structurelles moderniseront et développeront les administrations libanaises et les institutions publiques et augmenteront le niveau de services fournis par l'Etat au citoyen, en plus de prendre les mesures nécessaires pour faciliter le travail du secteur privé, et principalement la modernisation et l'approbation de lois nécessaires qui organisent ce secteur.

Les réformes sectorielles incluses dans le CIP ne sont pas moins importantes que les autres réformes. Elles font partie de notre vision car elles assurent la pérennité des projets qui seront exécutés.

La quatrième base consiste à élaborer une stratégie claire pour tous les secteurs productifs. Comme vous le savez tous, nous avons demandé à la société de conseil McKinsey de préparer une étude détaillée des secteurs productifs et de décrire en détail les points faibles et les points forts de ces secteurs.

Aujourd'hui, l'équipe McKinsey rencontre toutes les parties concernées pour se consulter et échanger des points de vue afin d'établir un plan de travail clair auquel tout le monde participe et qui peut être mis en œuvre.

Je répète qu'il existe une intention sérieuse de la part de la communauté internationale d'aider le Liban, mais nous devons aussi nous aider nous-mêmes. Nous allons à la conférence CEDRE pour présenter le CIP ainsi que notre vision de la stabilité, de la croissance et des opportunités d'emploi. Comme vous le savez, le CIP s'étend sur plus de dix ans. A travers la conférence CEDRE, nous visons à assurer le financement de la première période du programme qui s'étendra sur cinq ans de 2018 à 2022, avec un montant de dix milliards de dollars. Sur les dix milliards de dollars, des projets d'une valeur de trois à quatre milliards de dollars seront exécutés grâce au partenariat entre les secteurs public et privé.

Notre objectif à travers la conférence CEDRE est d'assurer le financement des projets restants, qui seront exécutés par l'Etat avec une valeur d'environ six milliards de dollars, par des facilités de crédit et des intérêts n'excédant pas un et demi pour cent et des périodes de grâce de 10 ans et 30 ans de maturité.


Enfin, je remercie Rafic Zantout pour ses efforts continus et j'espère que vos réunions seront fructueuses. Nous poursuivrons les contacts avec vous surtout que la prochaine phase se déroulera sous le titre: "partenariat entre les secteurs public et privé".

Je voudrais également remercier le Gouverneur de la Banque centrale Riad Salame et toutes les organisations économiques. Je remercie le Président Michel Sleiman, le Président Hussein Husseini et l'ancien Premier ministre Fouad Siniora d'être parmi nous aujourd'hui pour souligner que le secteur privé est la soupape de sécurité pour le Liban. Ce secteur a été, est et sera toujours, si Dieu le veut, l'épine dorsale de l'économie libanaise.

Notre vision est claire, notre projet est clair et notre résolution est claire, et nous espérons continuer cette voie avec vous, car c'était le rêve du Premier ministre martyr Rafic Hariri et nous le poursuivrons".


==============================
 

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

Les activits de la direction de l'Orie...

ANI – A l'occasion du 75e anniversaire de l'Indpendance de la Rpublique li

Mardi 20 Novembre 2018 16:02 Lire

Autorit des activits ferroviaires : des i...

Enqute : Rana Sarhane Traduite par Nayla Assaf L’Autorit gnrale des acti

Dimanche 30 Septembre 2018 16:56 Lire
  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web ractif