Hariri prside la runion du comit directeur des dplacs syriens : le Liban traverse des moments extrmement difficiles qui ncessitent des mesures exceptionnelles

Lundi 20 Mars 2017 18:40 Politique

ANI - Le Président du Conseil des Ministres, Saad Hariri, a présidé cet après-midi au Grand Sérail la première réunion du Comité directeur de haut niveau pour faire face à la crise des déplacés syriens au Liban, formé après la conférence de Londres l'an dernier. Des représentants des pays qui ont participé à la conférence, des Nations Unies et de la Banque mondiale ont participé à la réunion.


Le ministre de l'Education et de l'Enseignement Supérieur Marwan Hamade, le ministre d'Etat pour les réfugiés Moein Merehbi, le ministre des Affaires Sociales Pierre Abi Assi, le ministre de l'Economie Raed Khoury, le président du Conseil pour le Développement et la Reconstruction Nabil Jisr, le directeur général du ministère des Finances Alain Bifani, les conseillers Nadim Al Mounla et Fadi Fawaz, les ambassadeurs et représentants des ?tats-Unis, de la Russie, de Oman, de la Chine, de l'Arabie Saoudite, de l'Espagne, de la Suède, de la Suisse, du Qatar, de l'Australie, du Brésil, du Canada, du Danemark, de la Finlande, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, du Japon, de la Corée du Sud, du Koweït, du Mexique, des Pays-Bas, de l'Union européenne, des Nations Unies et de la Banque mondiale ont également assisté à la réunion.


La réunion a été consacrée à l'évaluation de l'engagement de la communauté internationale et du Liban envers les résolutions de la conférence de Londres et à la préparation de la Conférence de Bruxelles qui se tiendra le mois prochain et qui devrait aborder une augmentation de l'aide fournie par la communauté internationale au Liban pour l'aider à supporter le poids de la présence de plus d'un million et demi de déplacés Syriens sur son territoire.



Hariri
Au début de la réunion, le Premier ministre Saad Hariri a déclaré: " Les composantes de la politique du gouvernement libanais à l'égard des déplacés Syriens, que nous espérons dévoiler lors de la conférence de Bruxelles, sont en cours de finalisation. La semaine dernière, le comité interministériel a entrepris une discussion approfondie du document d'orientation du gouvernement libanais et nous espérons le finaliser dans les prochaines semaines ".


Il a ajouté: " Le Liban traverse des moments extrêmement difficiles qui nécessitent des mesures exceptionnelles. En raison de la crise, nos taux de croissance ont fortement baissé, les taux de chômage et de pauvreté ont atteint des niveaux sans précédent, nos services publics sont surchargés et notre infrastructure est épuisée. La situation s'est détériorée et il va sans dire que nos ratios d'endettement et de déficit ont augmenté ".


Hariri a ajouté: " Nous avons développé une stratégie claire pour faire face aux graves répercussions de la crise syrienne et pour remettre le Liban sur une voie durable de stabilisation et de développement. En effet, la situation exige des mesures massives pour créer des emplois. La seule façon d'y parvenir est de mettre en oeuvre un programme ambitieux d'investissement pluriannuel de capital, à grande échelle, qui couvre l'ensemble des infrastructures et des services publics dans toutes les régions libanaises. Ce programme devrait contribuer à stimuler la croissance, créer des emplois, assurer la mise en place d'un mécanisme de stabilisation et faire progresser le programme de développement du Liban. En outre, il devrait positionner le Liban comme tremplin pour la reconstruction de la Syrie ".


Il a déclaré : "A cet égard, nous nous félicitons du récent rapport du FMI sur l'économie libanaise qui conclut que " la présence des réfugiés au Liban a ajouté à l'insuffisance de l'infrastructure libanaise et qu'il est urgent d'accroître les investissements (notamment au niveau des infrastructures) mais cela nécessite un appui soutenu et tourné vers l'avenir de la part de la communauté internationale " ".


Hariri a poursuivi: " Nous considérons Bruxelles comme le début d'un processus plutôt que comme une fin en soi, un processus où nous voulons collaborer avec la communauté internationale pour mobiliser une assistance à notre programme vital sous forme de subventions et de prêts concessionnels ainsi qu'assurer les engagements humanitaires au-delà de 2017. Je me réjouis vivement de la déclaration faite par le Secrétaire général, Antonio Gueterres, dans son récent rapport sur le Liban, où il a clairement déclaré : " Je me réjouis du soutien généreux continu des donateurs au Liban ... et il sera tout aussi important de mobiliser des ressources de développement supplémentaires à plus long terme, par le biais de subventions ou de prêts concessionnels ".


Il a conclu: " Nous espérons voir une solution politique pacifique au conflit en Syrie dans un très proche avenir. Nous aimerions aussi voir la reconstruction de la Syrie.


Cependant, jusqu'à ce que tous ces développements se matérialisent réellement, les pays d'accueil continuent d'assumer la charge économique, sociale, fiscale et sécuritaire d'accueillir des millions de déplacés syriens sur leurs territoires et de fournir un bien public au nom du reste du monde. Investissons ensemble dans l'avenir d'un Liban stable".



====================

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

La pollution touche corniche El Mina Tripoli

Enqute: Nehm Salloum Traduite par: Hala Feghaly ANI - La crise de la pollutio

Jeudi 26 Janvier 2017 14:32 Lire

Le Liban suivra-t-il l'exemple du Maroc...

Enqute rdige par Rana el Hajj Traduite par Elissar Naddaf ANI - Alors que le

Mardi 13 Decembre 2016 11:57 Lire
  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web ractif