Kenaan: Les listes tronquées des impôts ont été derrière la levée de la séance législative

Lundi 20 Mars 2017 à 14:41 Economie
ANI - Le président de la commission parlementaire des Finances et du Budget, Ibrahim Kenaan, a expliqué lundi que la levée de la dernière séance législative a été en raison des fuites sur des listes tronquées des impôts.


Le député qui a tenu une conférence de presse, a précisé que tout au long de la période des débats sur la grille des salaires, nul n'avait émis des réserves sur les impôts évoqués, notant que si des députés avaient changé d'avis, qu'ils le disent franchement au public.


M. Kenaan a estimé que l'approbation de la grille des salaires a été suspendue cette fois, sous le prétexte de séparer les grilles relatives aux militaires des autres fonctionnaires publics.


Selon ses propos, le principe du refus des recettes fiscales, posées à l'heure actuelle, n'a pas été évoqué au sein de la commission présidée par le député Adwan en 2014.


"Nous traiterons le projet de la grille en toute responsabilité, loin de tout populisme, comme est l'attitude de certains. Ces derniers qui prennent des détails, pour y bâtir des châteaux de sable", a-t-il clamé.


M.Kenaan a affirmé que l'approbation de la grille a été dernièrement annulée, en raison des fuites sur des listes de taxes erronées.


Il a dans le même contexte démenti qu'il y ait de nouvelles impositions sur le pain, les télécommunications, le bidon d'essence, ni sur le mazout, ni sur l'électricité.


"Tout ce qui a été dit à ce propos est mensonger", a-t-il martelé.


Et M.Kenaan de préciser que les taxes imposées sur les billets de voyage concernent seulement la première classe et les jets privés, alors que le voyage dans les classes économiques est exonéré de toute imposition.


Il a annoncé qu'il était par contre fier, en tant que CPL, de la hausse des taxes sur les sociétés financières, de 15 à 17%, rappelant que c'était son courant politique qui a proposé cette hausse.


Il a enfin rappelé que le gaspillage dans les dépenses, en l'absence des comptes, se poursuivait depuis 1993, et que le gaspillage ne résultait point de la grille des salaires.


"La diabolisation de la grille des salaires n'est point l'oeuvre d'une seule partie. En effet, toux ceux qui furent derrière le refus des articles relatives aux revenues fiscales, censées être tirées des capitaux, ont provoqué le blocage de la ratification de la grille des salaires", a-t-il conclu.


==============D.CH.

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web réactif