Hariri à l'équipe de pays de l'ONU: La crise des réfugiés syriens est le plus grand défi et nous comptons sur votre soutien

Lundi 16 Janvier 2017 à 22:06 Politique

ANI - Le Premier ministre Saad Hariri a reçu cet après-midi la Coordonnatrice spéciale de l'ONU pour le Liban, Sigrid Kaag, en présence de son adjoint, le Coordinateur des Nations Unies pour les questions humanitaires Philippe Lazzarini et de l'équipe de pays des Nations Unies.


Au début de la réunion, le Premier ministre Hariri a déclaré: "Je voudrais vous souhaiter la bienvenue aujourd'hui au Grand Sérail. Je suis très heureux de vous rencontrer tous. Au cours des dernières années, le Liban a souffert d'une impasse politique comme vous le savez tous, et cela s'est produit dans un contexte régional violent. La situation devenait extrêmement dangereuse et je disais toujours que nous devions avoir un président pour que le gouvernement et les institutions puissent fonctionner comme ils le devraient.


Nous avons élu un président, nous avons un gouvernement et nous avons un parlement qui se réunit cette semaine. Nous avons 384 projets de loi qui sont retardés et j'espère que 80 lois environ seront approuvées cette semaine et que les autres suivront.


Le Groupe international de soutien au Liban, encouragé et dirigé par l'ONU, a réussi à maintenir le Liban à l'ordre du jour de tous, et a toujours encouragé un consensus au sein du Conseil de sécurité, chose que nous espérons continuer à avoir au Conseil de sécurité.
Pour moi, la crise des réfugiés syriens est importante et c'est le point le plus difficile et le plus critique pour le Liban.


Il y a cinq ans, notre population était de 4,5 millions et aujourd'hui nous en sommes à six millions. Comme vous le savez, nous considérons les agences des Nations Unies comme notre principal partenaire et comptons sur votre soutien pour relever ces défis.


L'une des premières mesures consiste à établir une cartographie complète de la présence des réfugiés syriens et de leur impact sur l'économie réelle du Liban, sa politique budgétaire, son service public et son infrastructure physique. Ici aussi, je compte sur votre participation et votre contribution. C'est quelque chose qui est très difficile parce que certaines régions comme la Beqaa et le Nord souffrent beaucoup parce qu'il y a une concentration de réfugiés. Tout le pays souffre de la présence des réfugiés. La communauté internationale doit aider, parce que nous avons moins d'électricité, moins d'eau, moins d'infrastructures, moins d'écoles, moins de lits d'hôpitaux. Nous avons des problèmes dans tous les secteurs. Le pays souffre dans tous les secteurs, donc il y a un travail énorme à faire.


La FINUL n'est pas présente aujourd'hui parce qu'elle est occupée par sa mission stratégique, mais je les verrai demain. Je tiens à les remercier pour leur engagement envers le Liban, que ce soit sur terre ou en mer, qu'ils soient militaires ou civils.


Atteindre un développement durable avancé, y compris un développement régional équilibré et la prospérité pour tous les Libanais, demeure une priorité essentielle pour mon gouvernement. Le Liban s'est engagé à atteindre les objectifs de développement durable qui ont été approuvés lors du Sommet des Nations Unies en septembre 2015. ? cet égard, nous élaborerons un plan détaillé et une feuille de route bien établie pour que le Liban, avec le soutien et la Nations Unies, atteigne ces objectifs. "


Il a conclu: " Merci pour le soutien que vous avez fourni au Liban. Le PNUD a également joué un rôle important auprès des différentes institutions gouvernementales. J'espère que ce partenariat se poursuivre car il a beaucoup donné au Liban et a montré beaucoup de succès ".


Kaag
Pour sa part, Kaag a déclaré après la réunion :
"J'ai eu l'honneur, avec des collègues de la famille des Nations Unies, et avec mon adjoint, M. Philippe Lazzarini, de rencontrer le Premier ministre Saad Hariri et les membres de son équipe. C'était une occasion pour nous de réitérer et de souligner l'engagement ferme de toute la famille des Nations Unies envers le Liban, ses institutions et, bien sûr, d'assurer le succès des plans que le gouvernement a énoncés tant dans la déclaration ministérielle que dans les plans qui sont en cours d'élaboration.


Nous avons eu l'occasion d'avoir une discussion très franche et ouverte sur les domaines de coopération et du soutien au Liban: la paix et la sécurité, le développement, la stabilisation et les droits de l'homme. Comme vous le savez, la famille des Nations Unies est bien représentée dans ce pays. Nous avons un grand nombre de membres du personnel, nous avons un large éventail de programmes et cela a maintenant été intégré au travail et à la planification, grâce au Cadre stratégique des Nations Unies, qui est plus efficace pour aider le gouvernement à atteindre ses objectifs.


Nous avons discuté d'un certain nombre de priorités cette année, y compris la tenue à temps des élections législatives. Nous espérons également que le nombre de femmes représentées sera suffisant. Nous avons examiné un programme pour la prévention de l'extrémisme violent, sachant que le Liban vit et respire dans une région très volatile - et un soutien pour les Forces armées libanaises ainsi que les agences de sécurité.


Nous avons également discuté avec le premier ministre de la meilleure manière de soutenir le renforcement des capacités de certains des ministères qui ont été créés récemment et ce afin d'assurer leur succès. Cela comprend le Ministère des réfugiés, le Ministère de la femme et bien sûr le Ministère de la lutte contre la corruption.
Nous continuerons de travailler en vue de la mise en oeuvre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité, dans une optique plus large pour continuer à protéger le Liban de toutes les menaces, préserver l'intégrité territoriale du Liban et renforcer sa sécurité. Le Liban demeure un atout régional. C'est un modèle de tolérance et de coexistence en période de menace et d'incertitude dans la région. Nous devons faire davantage en tant que famille des Nations Unies pour aider le gouvernement libanais et son peuple à contrer ces menaces. Cela profitera non seulement au Liban, mais aussi à la région.


Enfin, nous avons discuté de l'impact de la crise syrienne sur le Liban sur le plan socio-économique et politique et nous avons bien sûr discuté des façons dont nous pouvons aider les communautés et les citoyens libanais vulnérables, en plus de continuer à soutenir les réfugiés syriens et palestiniens par l'intermédiaire de l'UNRWA.


Ce fut une discussion très intéressante avec le premier ministre. Il est très clair quand il dit qu'il est sérieux et veut atteindre des résultats et nous partageons cette vision et nous sommes désireux d'obtenir des résultats durables pour le Liban ".


============

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web réactif