Bassil à l’issue de la réunion de son bloc : ce qui s’est passé à Aley été un incident prémédité

Mardi 02 Juillet 2019 à 19:42 Politique

ANI - Lors d'une conférence de presse tenue à l'issue de la réunion du « bloc parlementaire du Liban Fort », le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil a estimé que les tournées qu’ils effectuent concernent le CPL et englobent toutes les régions, car le parti est présent dans toutes ces régions.

M. Bassil a qualifié ce qui s'est passé dans le caza de Aley d'incident "prémédité, évoquant également une "embuscade politique et sécuritaire".

Le ministre Bassil est ensuite revenu sur le fil des événements qui ont précédé les affrontements de dimanche dans la région de Aley. "Nous avons commencé à recevoir des informations il y a deux jours à propos de jets de grenades et de propos politiques tendus, ce qui a poussé l'armée et les forces de sécurité à prendre des mesures. Alors que je me trouvais dans le village de Chemlane, j'ai reçu un appel du commandant en chef de l'armée qui m'a informé de rassemblements dans le village de Kfar Matta et j'ai ensuite reçu un appel du ministre de la Défense. C'est à ce moment-là que je leur ai fait savoir que je ne souhaitais plus me rendre à Kfar Matta afin d'éviter des incidents. Nous ne voulions pas que l'embuscade sécuritaire et politique soit tendue, mais malheureusement cela est arrivé et des martyrs sont tombés".
"Il a été dit que ce qui s'est passé est dû à des propos tendus que j'aurai tenus, alors que mes propos dans les villages de Sofar et Kahalé n'étaient que positifs. Mais malheureusement le bruit des balles étouffe désormais notre parole amicale", a estimé M. Bassil.

« Les appels au partenariat ne sont pas provocateurs, sauf pour ceux qui rejettent ce partenariat", a martelé M. Bassil. Il a estimé que "le pays n'avait pas intérêt à déboucher sur des affrontements et nous voulons une véritable réconciliation, pas d'apparence. Pour cela, elle doit se faire au niveau politique, sécuritaire, économique (...) et la vraie réconciliation est celle qui concerne les gens. La réconciliation, nous la vivons à travers la fermeture du dossier des déplacés" chrétiens qui ont fui leurs villages durant la guerre civile.

Interrogé par les journalistes pour savoir s'il était la cible des tirs dans le village de Qabr Chmoun, M. Bassil a répondu : "Savoir si j'étais la cible est une question secondaire. J'ai choisi cette route, et ceux qui comptent pour moi sont les citoyens et mes camarades". Le CPL ne tombera pas dans les pièges ou dans la discorde", a insisté Gebran Bassil.

  ===================M.M.

Suivez les nouvelles de l'Agence Nationale de l'Information sur les ondes de Radio Liban 96.2, 98.1 et 98.5 FM

  • Nos Services
  • Service d'email
  • Application Mobile
  • Site Web réactif
can't open file